En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.

Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

L'ultime film documentaire d'Agnès Varda, présenté en avant-première mondiale au festival La Berlinale, a reçu un prix début février 2019. Au fil de deux causeries abondamment illustrées, elle explique les différentes facettes de son travail avec une immense simplicité, accompagnée parfois d'une personne, et tout le temps de son oiseau électronique.

Elle nous raconte comment elle fabriquait ses histoires : « On est ouvert au hasard et le hasard nous apporte des choses »*. Son regard démultiplié sur tout et surtout vers les autres, ses émotions et inspirations, son insatiable envie de montrer ce qu'elle voit et ressent, de partager, devenaient des photos, des films, des expositions.

« Dans la création, il y a le désir d'être heureux et de servir à quelque chose »*. La générosité transparait dans toute son œuvre, fruit de sa "cinécriture"*, de son œil affuté et pétillant, qui nous donne à voir la vie autrement. Quelles richesses !

Elle encourage les jeunes qui souhaitent faire du cinéma : « Capter quelque chose c'est très passionnant »*, « La beauté est notre ferment, notre ressort »* « Le but c'est le pouvoir de l'imagination »*.

La cinéaste ne prise pas tellement les frontières : entre fiction et documentaire, entre elle et ce qu'elle filme, entre le travail et l'intime. D'ailleurs, tout était mélangé dans sa maison de la rue Daguerre, à Paris XIVe. Elle tient quand même à préciser : « Plus j'avance, plus j'aime faire des documentaires, car plus les autres m'intéressent »*. Les autres sont particulièrement "les vrais gens"*,différents des acteurs, qui apprennent un rôle.

Agnès Varda est drôle, sympa, fantaisiste, touchante, précise, passionnante, on est dans le public de ce théâtre, heureux.
Mais la séance se termine, un dernier extrait est projeté, et dans le flou d'un vent de sable savamment orchestré, elle dit : « Je vous quitte ».

*les phrases entre guillemets ont été cueillies dans les prises de paroles d'Agnès Varda, notamment dans les émissions ci-dessous référencées.

 

Sélection Médiathèque Numérique, pour les abonné(e)s

France-Culture, Par les temps qui courent